• Lun – Vend : 9:00 – 18:00
  • 01.85.08.82.70
  • contact@capsynthese.com
  • Financer son Projet

    Comment financer son projet immobilier ? Un projet immobilier passe par la construction d’un plan de financement. Apport personnel, offre de prêt en passant par le taux d’intérêt, les financements aidés, les garanties et les assurances, Voici quelques conseils pour vous aider à financer votre projet immobilier.

    Il existe de nombreuses solutions d’emprunt. Si vous achetez votre première résidence principale, et si vos ressources ne dépassent pas un certain plafond, vous pouvez bénéficier d’un prêt à taux Zéro.

    C’est une avance, sans intérêt, consentie par l’Etat et distribuée par toutes les banques. Non seulement ce prêt est gratuit, mais son remboursement peut-être différé dans le temps.
    Le PTZ est réservé à des ménages primo-accédant pour l’achat de leur résidence principale.

    Le montant du PTZ dépend de :

    • la composition de la famille
    • la localisation géographique du bien (4 zones : A, B1, B2 et C)
    • la nature du logement : neuf ou ancien (Si HLM)
    • la performance énergétique du logement
    • les revenus du ménage

    Les conditions de remboursement s’apprécient par comparaison de 2 éléments :

    • le Revenu Fiscal de Référence de l’année N-2 pour l’ensemble des personnes devant occuper le logement (l’année N étant l’année d’émission de l’offre de prêt)
    • le coût de l’opération divisé par 10
      C’est le plus grand des deux éléments ci-dessus qui détermine les modalités de remboursement, après application d’un coefficient familial.

    Le PTZ est un prêt aidé complémentaire cumulable avec tout autre prêt : prêt PAS, prêt conventionné, prêt bancaire libre, prêt épargne logement, prêt 1 % patronal, prêts sociaux, etc…
    De plus, le PTZ ne peux pas dépasser un certain pourcentage du coût de l’opération. Ce pourcentage dépend de :

    • La nature de l’opération (Neuf ou Ancien)
    • La localisation géographique
    • La performance énergétique du logement
    • Le PTZ peut atteindre un montant de 138 000 € sous certaines conditions de zonage et de nombres de personnes à occuper le futur logement.

    Le coût du crédit est connu à l’avance et les mensualités sont identiques pendant toute la durée du prêt. Vous ne prenez aucun risque. Inconvénient : le taux de départ est généralement plus élevé que le taux révisable.

    Le coût d’un emprunt à taux révisable évolue en fonction d’un indice de référence défini dans votre contrat. Au cours de votre remboursement, le taux, et donc le coût de votre emprunt, peuvent diminuer. Inconvénient : le taux révisable peut aussi augmenter pendant la durée du prêt.

    Il permet d’anticiper la vente de votre bien pour financer votre nouvelle acquisition. Le montant de ce prêt s’élève en général à 70% ou 80% du produit attendu de la vente de votre bien, déduction faite des encours de crédits éventuels.
    La durée du prêt relais doit être adaptée à votre projet, et en particulier en fonction de la date de livraison de votre future habitation.
    Les intérêts peuvent être payés périodiquement, ou reportés en fin de prêt. Dans ce cas, ils sont payés en même temps que le capital, lors de la vente du bien.

    Pendant la durée du crédit, vous ne remboursez que les intérêts. Le capital emprunté reste intact jusqu’au terme du crédit et, à l’échéance, vous le remboursez en une seule fois.
    Pour solder le capital, vous allez constituer une épargne en versant chaque mois pendant toute la durée du crédit une mensualité sur un produit de placement associé et prévu à cet effet. Cette épargne est nantie en faveur de la banque qui détermine le type de support adéquat (assurance vie, bon de capitalisation, ou autre ), qui doit permettre de reconstituer 100 % du capital emprunté. La banque dispose ainsi d’une garantie réelle puisqu’elle s’assure que l’épargne sera bien destinée au remboursement du capital et que la qualité du support est suffisante.

    Par ailleurs, parmi les garanties exigées par le prêteur, figure la souscription d’une assurance invalidité-décès, qui doit couvrir non seulement les mensualités, mais aussi le capital emprunté.

    Bien sûr, celle-ci a un coût, mais ses avantages sont importants pour les ayants droits : si l’emprunteur décède au cours du prêt, son assurance décès remboursera la banque, ils récupéreront un logement totalement payé et une assurance-vie bénéficiant du régime de transmission hors succession.

    Si vous êtes salarié (ou retraité depuis moins de 5 ans), d’une entreprise privée qui cotise à l’un des 23 comités interprofessionnel du logement, vous avez droit à un prêt Action logement (ancien prêt 1 % logement).

    Accessible aux seuls primo-accédants qui veulent acheter leur résidence principale dans le neuf ou l’ancien sans travaux, il ne peut pas dépasser 30 % de l’enveloppe globale de financement. Avec en plus un plafond de 7 000 à 25 000 euros, selon les ressources de l’emprunteur et la zone géographique. Un montant qui peut être majoré de 5 000 à 10 000 euros dans des cas précis (mobilité professionnelle, acquéreur de moins de 30 ans, locataires sortant du parc HLM, etc.).

    Le prêt Action logement est accordé pour 20 ans maximum à un taux dépendant de celui du Livret A : il était de 1,25 % en 2014. Pour en bénéficier, adressez-vous à votre entreprise ou à l’organisme auprès duquel elle cotise.

    Les fonctionnaires et agents de la fonction publique bénéficient du Prêt immobilier fonctionnaire pour acheter leur résidence principale dans le neuf ou l’ancien, avec ou sans travaux. Il est accordé pour 15 ans maximum sous condition de ressources et à condition que l’enveloppe de financement compte déjà un prêt conventionné.

    Si vous avez épargné sous forme de compte (CEL) ou de plan (PEL), vous pouvez utiliser vos droits acquis ainsi que les droits cédés par les membres de votre famille sous certaines conditions, pour obtenir un Prêt Épargne Logement. Le montant du prêt, sa durée et le taux appliqué sont déterminés en fonction des « droits à prêt » acquis pendant la phase d’épargne et les droits éventuellement cédés.

    Si vous êtes salarié (ou retraité depuis moins de 5 ans), d’une entreprise privée qui cotise à l’un des 23 comités interprofessionnel du logement, vous avez droit à un prêt Action logement (ancien prêt 1 % logement).

    Accessible aux seuls primo-accédants qui veulent acheter leur résidence principale dans le neuf ou l’ancien sans travaux, il ne peut pas dépasser 30 % de l’enveloppe globale de financement. Avec en plus un plafond de 7 000 à 25 000 euros, selon les ressources de l’emprunteur et la zone géographique. Un montant qui peut être majoré de 5 000 à 10 000 euros dans des cas précis (mobilité professionnelle, acquéreur de moins de 30 ans, locataires sortant du parc HLM, etc.).

    Le prêt Action logement est accordé pour 20 ans maximum à un taux dépendant de celui du Livret A : il était de 1,25 % en 2014. Pour en bénéficier, adressez-vous à votre entreprise ou à l’organisme auprès duquel elle cotise.

    Les fonctionnaires et agents de la fonction publique bénéficient du Prêt immobilier fonctionnaire pour acheter leur résidence principale dans le neuf ou l’ancien, avec ou sans travaux. Il est accordé pour 15 ans maximum sous condition de ressources et à condition que l’enveloppe de financement compte déjà un prêt conventionné.